Archive pour la catégorie ‘L’art d’aimer et le zen’

Le prinicpe “LOL 2 A “lâcher- prise, action/réaction + Amour = force multipliée par 2

Samedi 1 mai 2010

logo-big2-copie.jpgCesser de juger le monde en bien ou en mal

Sortir de l’état de victime impuissante et retrouver son pouvoir intérieur

Cessez de chercher de l’aide à l’extérieure

1) c’est moi qui doit changer pas les autres

Si je change le monde extérieur change

Je suis le libre arbitre et je peux changer mes pensées

Les pensées sont des vibrations de l’énergie, en modifiant nos pensées nous modifions l’énergie de notre corps.

MA VIE EST CE QUE JE PENSE D’ELLE , le monde est ce que je pense de lui  .

Avec l’amour le performance d’une individu est multipliée par 2

On ne peut changer le passé mais on peut changer sa vision du passé

Sortir du jugement : chaque pensée revient à son emméteur

Ce qui compte c’est vos désirs, ce que les autres font c’est leur problèmes pas le vôtre .

L’avenir dépend de ce qu’on pense maintenant

Vous êtes ce que vous pensez être. ” il sera fait selon votre foi”

Vous êtes responsables  de tout ce qui vous arrive

1° lâcher prise: accepter l’etat présent ne pas le retenir il passe

2° ne jugez pas : pas de conflit ni de résitance

3° ne pensez pas au chemin il y en a plusieurs

4° ne luttez pas pour le but

5° ne vous concentrez pas sur le but

6° ne doutez pas d’atteindre votre but avec la confiance. “avec un grain de foi rien ne nous est impossible

ICI MAINTENANT plus de résistances

Choisir l’amour

l’amour est une énergie illimitée, notre sécurité absolue,la réponse à toutes nos questions, la force de l’univers et la terre son école.

QUOIQU’IL ARRIVE AIMER LE 

S’AIMER SOI MÊME celui qui s’aime est en harmonie avec lui même il ne projettera pas de conflit à l’extérieur 

AIMEZ VOUS VOUS MÊME ET  AIMEZ LES AUTRES extrait du livre le principe lol2A ed olt

Une rencontre

Samedi 6 mars 2010
p1010667-450_350.JPG
 
Ainsi va la vie: aux détours d’un mur je croise un homme, banal vous me direz? Et bien non pas banal. Enfin quelqu’un à
 
ma mesure qui sait mettre en scène qui il veut être pour exister et partager le coeur de lui-même. Les mots vont vites, les échanges sont
 
beaux, et l’attraction à lieu.On s’est vu mais pas bien la première fois, la deuxième de beaucoup plus prés… Au gré de ce qui change dans ma
 
vie je rencontre une autre partie de moi même comme un aime en , opposé de mon être et qui se fait si proche car tout l’attire en moi:
 
le Yin et le Yang! Au milieu des échanges une parole vraie qui me rejoint comme un écho:l’Afrique, l’humanitaire, voyager pour aimer???
 
Les inconscients sont liés d’un bout à l’autre de la terre et même ailleurs? Même blessure fondamentale: ma soeur et moi mal aimée
 
de notre mère et une écart d’âge de 14 ans entre elle et moi. Attentive à tous ses signes de la vie, je ressens comme la visite d’un ange pour me
 
confirmer que le chemin est le bon et que l’amour le parcours de la vallée jusqu’au sommet, du plat pays jusqu’aux garrigues
 
où ma vie est plantée. Je me sens Femme désirée, désirante comme dit l’auteur… j’attends le retour de ton amour…
 
Voyageurs, il n’y a pas de chemin. Les chemins ne se font qu’en marchant. Antonio Machad
 
 
p1010675-450_350.JPGp1010678-450_350.JPGp1010687-450_350.JPG

Si on devait mourir demain?

Dimanche 17 janvier 2010

p1010158-450_350.JPGQu’est ce qu’on ferait de plus, qu’est ce qu’on ferais de moins?

Moi je t’aimerais…

J’embrasserais avec amour toutes les personnes que j’aime

J’irais respirer en haut d’une Montagne

J’irais remercier l’océan pour son énergie vitale

Je ferais la paix avec tous les miens

Je dirais au Monde d’aimer plus que de tuer en hurlant

Je pardonnerais toutes les faiblesses que j’ai rencontrer

Je demanderais pardon pour mes excès, mes non dits,   mes colères, mes haines

Moi je t’aimerais…

Je vous souhaite en 2010 d’habiter chaque jour

Jeudi 31 décembre 2009

Votre                    p1010125-450_350.JPG

 de venir vous y poser, puis vous y reposer, gôuter, partager avec qui vous aimez…

cet Amour est déjà là comme une Source en chacun de nous, reste à y puiser pour le plus grand Bonheur de chacun…

J’habiterais ce fond de mon Coeur au Meilleur de Moi- même en toute Gratitude à la Vie.

Peut-être habiterez -vous le même quartier?

Le paradoxe de l’intimité

Dimanche 13 décembre 2009


p1010125-450_350.JPGQu’est-ce que l’intimité ? Ce mot, si évident en apparence (ne sait-on pas d’un savoir indiscutable qui sont nos “intimes” ?) invite pourtant à la réflexion. Car il recèle un paradoxe. Intimité : ce mot désigne à la fois la plus grande ouverture à l’autre (être intime avec quelqu’un) et la plus grande fermeture (mon intimité). Quelle relation entretiennent donc ces deux sens qui coexistent si contradictoirement dans la même notion ? Le sens commun répond : une relation d’exclusion. Être intime avec quelqu’un, c’est lui donner accès à mon intimité, de telle sorte que pour lui, mon intimité n’est plus un espace interdit. Ainsi, deux intimes, s’ils le sont vraiment, n’ont plus de secret l’un pour l’autre. Ils se connaissent “par coeur”. L’intimité avec, ce serait donc renoncer à son intimité. N’y aurait-t-il pas cependant quelque chose à entendre dans cette étrange coexistence de deux sens contradictoires au sein de la même notion ? Que signifie en effet cet espace de l’intimité ? C’est un lieu où je ne suis qu’avec moi-même. C’est-à-dire un lieu où je ne suis pas sous le regard de l’autre. L’intimité est donc l’affirmation qu’un être humain est aussi constitué d’une part inaliénable, une part qui ne peut être donnée sous les regards, une part qui transcende toute saisie par autrui. Si l’intimité entre deux êtres exige de sacrifier sa propre intimité, cela signifie que l’on renonce à cet espace où l’on est à l’autre un mystère. Danger : l’intimité dégénère en familiarité.

L’autre, que je connais si bien, ne peut plus me surprendre, et la relation repose alors sur un contrat implicite, qui stipule que chacun des deux contractants doit demeurer le même - le même que ce que l’autre connaît de lui, le même que ce qu’il a toujours été, le même que ce que l’autre attend qu’il soit. Confort d’être en sécurité avec un “autre” dont l’altérité est neutralisée par l’habitude. Ainsi vont bien des vieux couples, et bien des vieux amis, persuadés de se connaître “intimement”, en réalité coupés de la véritable altérité de l’autre. C’est pourquoi, bien loin de s’opposer, les deux sens apparemment contradictoires que laisse coexister en lui le mot intimité nous invitent au difficile travail de les concilier.

Car il n’y a pas d’intimité entre deux êtres sans le respect absolu de l’intimité de chacun. Accepter cet espace où l’autre n’existe pas pour nous, où il demeure opaque à notre savoir, où il peut déployer des possibilités de son être que nous ignorons, c’est lui donner l’autorisation de se découvrir autre que le personnage qu’induit les inerties de notre relation. C’est donc garder celle-ci vivante ! Respecter l’espace sacré de l’intimité permet à deux êtres d’avoir accès à cela qui est en eux le plus caché et le plus vrai (intimus en latin signifie “le plus intérieur”) - pour entrer ensuite en relation l’un avec l’autre depuis ce lieu des profondeurs : depuis leur vérité. C’est un risque : celui d’autoriser l’autre à dépasser les limites de ce que je sais, ou crois savoir, de lui. Mais c’est une chance : celle de le connaître. Non comme une image figée, mais comme un mystère, en perpétuel renouvellement.

Non “par coeur”, mais par le coeur.

 

© Denis Marquet

 


On peut vivre sans richesse

Mardi 2 septembre 2008

p1000034-640x480.JPGOn peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l’histoire
Et s’en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n’en est pas question
Non, non, non, non
Il n’en est pas question

Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l’amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L’amour ne serait rien
Non, non, non, non
L’amour ne serait rien

Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours

Un peu de provoc???

Jeudi 14 août 2008

hpim2835-450_350.JPGMoi, je m’balance,
Je m’offre à tous les vents,
Sans réticences,
Moi, je m’balance,
Je m’offre à qui je prends,
Le cœur indifférent,

Venez, venez vite,
J’veux tout, mais tout de suite,
Entrez dans ma danse,

Moi, je m’balance,
Dégraffez les cols blancs,
De vos consciences,
Moi, je m’balance,
Mon lit est assez grand,
Pour des milliers d’amants,

Moi, je m’balance,
Au soleil de minuit,
De mes nuits blanches,
Moi, je m’balance,
Chacun sera servi,
Mais c’est moi qui choisis,

C’est moi qui invite,
C’est moi qui vous quitte,
Sortez de ma danse,

Moi, je m’balance,
Parmi tous vos désirs,
Vos médisances,
Moi, je m’balance,
Sans adieu ni merci,
Je vous laisserai ici,
Sans adieu ni merci,
Je vous laisserai ici,

Car j’m'en balance,
J’m'en balance,
J’m'en balance,

Moi, je m’balance,
Au soleil de minuit,
De mes nuits blanches,
Moi, je m’balance,
Chacun sera servi,
Mais c’est moi qui choisis,

C’est moi qui invite,
C’est moi qui vous quitte,
Sortez de ma danse,

Moi, je m’balance,
Parmi tous vos désirs,
Vos médisances,
Moi, je m’balance,
Sans adieu ni merci,
Je vous laisserai ici,
Sans adieu ni merci,
Je vous laisserai ici,

Car j’m'en balance,
J’m'en balance,
J’m'en balance,
J’m'en balance…

BARBARA

Restons amants

Samedi 5 juillet 2008

Qu’un jour, les choses
Le temps pas rose
Les événements
Nous imposent
La fin des sentiments

Qu’un jour se suivent
Les invectives
Les égarements
La dérive
Chacun, séparément

Quoi qu’il arrive
Restons amants

Restons amants des hôtels sombres
Des rendez-vous dissimulés
Où vont s’entrelacer les ombres
Au danger, mélangées

Restons amants des plages vides
Où novembre aime à nous jeter
Laissons frémir aux vents avides
Les lèvres dérobées

Même si les gares
Si les regards
Indifféremment nous séparent
De plus en plus souvent

Même si se tiennent
Ta main, la mienne,
Pour la fin des temps
Que nos vies deviennent
Celles de tous les gens

Quoi qu’il advienne
Restons amants

Restons amants des impatiences
Des minutes qui sont comptées
Des trésors de ruses et de science
Pour se retrouver

Restons amants des corps-à-corps
Des peaux qui savent où se trouver
Là sont les cœurs qui battent encore
L’un à l’autre mêlés

La petite mort
L’éternité

Relations zen

Mercredi 26 mars 2008

Le zen nous montre comment renverser toutes les situations de notre vie.

Lorsque vous êtes centré sur ce que la vie vous apporte en l’accueillant avec plaisir chaque jour devient un bon jour où vous êtes prêt à vivre le meilleur,à trouver des causes d’émerveillement et de gaiété, des manifestations de bonté et d’amitié.

Il n’y a jamais pénurie des relations, jamais pénurie d’amour.

En faisant simplement attention à chacun de nos pas,en devenant attentif et présent nous pouvons réussir nos relations.

Nous avons à apprendre à savoir comment ne pas obtenir tout ce que nous voulons.

Lorsque nous jugeons rapidement une personne et l’écartons parcequ’elle ne correspond pas à l’idée préconçue que nous en avons, nous court-circuitons notre capacité d’aimer .En développant la patience d’attendre que les eaux agitées se calment vous pouvez voir clairement ce qui se passe.

“Ne regardez pas les fautes des autres regardez vos propres actes qu’ils soient accomplis ou non” Bouddha

Si l’on ne va pas à la rencontre de soi même il est impossible de vraiment rencontrer les autres.

Lorsque nous ne bougeons pas nous nous ouvrons à un degré de sagesse plus élevé et laissons la vie suivre son propre cours:

la Non -Interférence avec la Sagesse de l’Univers

Les joies de l’après-divorce

Vendredi 29 février 2008

Je viens de lire en 2h le livre de Christine Richard: les dix commencements, sur la vie amoureuse et relationnelle des femmes actuelles redevenues célibataires après être sortie dit -elle du goulag du mariage. Si vous le lisez vous penserez à moi qui publierais un jour les mémoires de cette jeune femme de quarante ans à la rencontre de ses contradictions et valeurs opposées: c’est quoi aimer au fait???????????