Archive pour novembre 2008

Première partie de Tao au haddhok café

Lundi 24 novembre 2008

p1000591-640x480.JPGp1000592-640x480.JPGp1000593-640x480.JPGp1000594-640x480.JPGp1000595-640x480.JPGp1000596-640x480.JPGp1000597-640x480.JPGp1000598-640x480.JPGp1000599-640x480.JPGp1000600-640x480.JPGp1000601-640x480.JPG

Ralentir

Lundi 17 novembre 2008

Il vous est peut-être arriver aussi d’avoir envie de ralentir… tout va très vite, le rythme de nos vies professionnelles, l’afflux d’ informations et des sollicitations par le net, le tel portable, la tv, tout s’accélère… J’ai décidé de ralentir pas seulement au volant mais aussi concrétement.

Prendre le temps est un choix conscient qui demande un peu de volonté et de résistance au mouvement ambiant.

Etre à l’écoute de mes besoins comme la communication non violente le préconnise: de quoi ai-je vraiment besoin en faite?

Ex: j’ai pris le temps de marcher seule dans la garrigue et d’écouter le vent dans les pins parrasols et le bruit du ruisseau, l’inspire et l’expire renouvelle à chaque pas la vie, le souffle nous rend vivant.

pour le fun aller au carré d’art notre médiathèque préparer une réunion pour être dans l’ambiance de travail au milieu des étudiants , ne pas zaper de suite sur mon ordinateur puisqu’il m’a fallu rentrer à pied et savourer cette belle après-midi studieuse.

Choisir un DVD et savourer alors le programme que je me suis choisi, le top du confort intellectuel: temps calme.

Rejoindre un groupe de randonneurs dans une belle vallée aux villages dont les bâtissent date du XII° siecle… et là le temps vous rattrapent.

Illusion de nos perceptions, mais confort de vie lorsqu’on prend le temps de savourer le temps.

Vivre ses instants pour mieux supporter quand à nouveau cela va s’accélérer jusqu’à la prochaine pause… p1000546-800x600.JPG

La marche consciente

Dimanche 2 novembre 2008

Marcher vraiment, c’est aller au rythme de la fleur qui s’ouvre, c’est la lenteur au sein du silence.Marcher consciemment c’est fêter à chaque pas la conscience, célébrer l’éveil à notre véritable nature éternelle, immuable, illimitée, c’est laisser couler à travers nous l’Amour inconditionnel qui vibre dans notre coeur.

La marche consciente devrait se pratiquer avec comme postulat de base qu’il n’y a rien à atteindre. Nous marchons mais seulement pour avoir l’occasion privilégiée d’être présents à ce qui est, en pleine conscience. Nous n’avons pas d’autre but que le présent, en contact avec la vie dans ce qu’elle a de plus libre du passé et du futur.

Pendant la marche consciente, toutes sortes de pensées, sensations, peuvent venir en surface. L’attitude juste est de ne rien faire à leur encontre, de ne pas réagir.
Elles s’en iront comme elles sont venues.
Il est très important de rester dans cette attitude d’accueil à ce qui est, de conscience totale de notre fonctionnement

.rando-du-27-04-08-004-800x600.JPG

Une amie dans le miroir

Dimanche 2 novembre 2008

hpim2840-2.JPG

Voir son image reflétée dans le regard des autres
Certains jours ne pas l’aimer
Vouloir être une autre

Engager les hostilités
Avec son propre corps
Et tout faire pour éviter
Ces mots qui blessent alors

Pour aller jusqu’à soi
Long est le chemin parfois

Il faut du temps
Pour aperçevoir une amie dans le miroir
Il faut du temps
Pour oser se voir sans se mentir et sans fard
Pour en arriver à se dire
Voilà comme je suis et en sourire
Et puis en sourire

Un beau jour esquiver
Les mauvais coups portés
Se sentir libéré
Des figures imposées

Simplement faire enfin la paix Avec ce que l’on est
Cette fille que l’on ne connaissait pas
Lui tendre les bras

Pour aller jusqu’à soi
Long est le chemin parfois

Il faut du temps
Pour aperçevoir une amie dans le miroir
Il faut du temps
Pour oser se voir sans se mentir et sans fard
Pour en arriver à se dire
Voilà comme je suis et en sourire
Et puis en sourire

Un jour traverser ce rideau de pluie
Et renaitre enfin à sa vie

Il faut du temps
Pour aperçevoir une amie dans le miroir
Il faut du temps
Pour oser se voir sans se mentir et sans fard
Pour en arriver à se dire
Voilà comme je suis et en sourire
Et puis en sourire

Chimène Badi

Pour fêter les 1 an de ce blog je vous offre ce poème!

Samedi 1 novembre 2008

Des songes heureux pour ensemencer les siècles…
Sachez que la Création ne nous appartient pas, mais que nous sommes ses enfants.
Gardez-vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la Création.
Vivez avec légèreté sans jamais outrager l’eau, le souffle ou la lumière.
Et si vous prélevez de la vie pour votre vie, ayez de la gratitude.
Lorsque vous immolez un animal, sachez que c’est la vie qui se donne à la vie et que rien ne soit dilapidé de ce don.
Sachez établir la mesure de toute chose.
Ne faites point de bruit inutile, ne tuez pas sans nécessité ou par divertissement.
Sachez que les arbres et le vent se délectent de la mélodie qu’ensemble ils enfantent, et l’oiseau, porté par le souffle, est un messager du ciel autant que la terre.
Soyez très éveillés lorsque le soleil illumine vos sentiers et lorsque la nuit vous rassemble, ayez confiance en elle, car si vous n’avez ni haine ni ennemi, elle vous conduira sans dommage, sur ses pirogues de silence, jusqu’aux rives de l’aurore.
Que le temps et l’âge ne vous accablent pas, car ils vous préparent à d’autres naissances, et dans vos jours amoindris, si votre vie fut juste, il naîtra de nouveaux songes heureux, pour ensemencer les siècles.

Pierre Rabhi, Extrait du Recours à la Terre, Terre du ciel, 1995

Jardin Japonais ( Toulouse)

Samedi 1 novembre 2008

p1000438-800x600.JPGp1000440-800x600.JPGp1000439-800x600.JPGp1000442-800x600.JPGp1000444-800x600.JPGp1000446-800x600.JPGp1000447-800x600.JPGp1000449-800x600.JPGp1000451-800x600.JPGp1000454-800x600.JPGp1000459-800x600.JPGp1000462-800x600.JPG p1000441-800x600.JPGp1000443-800x600.JPGp1000448-800x600.JPGp1000450-800x600.JPGp1000453-800x600.JPGp1000461-800x600.JPGp1000460-800x600.JPG