Archive pour octobre 2009

Un mandala de la compassion et de l’amour

Mardi 27 octobre 2009

Un ami a organisé une tournée en France de moines tibétains afin de promouvoir cette culture ainsi que le bouddhisme. La dernière ville fut Nîmes où à l’hotel du cheval blanc devant nos arènes, ils ont pendant 28H construit ce mandala de la compassion. Au final c’est l’impermanence qui nous a été démontrée, en un clin d’œil tout avait disparu puis dispersé dans les eaux de la source du jardin de la Fontaine.

Nous avons eu la proposition de faire un voeux cher à nos coeurs devant ce mandala porteur d’amour. Devinez quel beau voeux j’ai fait? de l’amour…

.mandala2-450_350.JPG mandala4-450_350.JPGmandala-450_350.JPG

Le syndrome du Titanic

Dimanche 18 octobre 2009

Ce film est le résumé de la prise de conscience attendu que l’humain n’est pas une marchandise et que la planète n’est pas une chose que l’on exploite sans fin. J’ai été touchée en plein coeur par ce film qui malgré ses relents apocalyptiques me pousse à croire que nous allons réagir ensemble.Gardons nous du désespoir et d’une vision excluant les responsables qui pourraient aussi évoluer. Prenons juste le temps du recul et du que puis-je faire ici maintenant?

Je m’engage dans mon travail social  à alerter ma hierarchie sur les dérives productivistes de nos engagements et à privilégier les gens plus que les chiffres.

Je m’engage à n’utiliser mon véhicule seule que si je ne peux co-voiturer ou à privilègier les transports en commun ou mes jambes

Je m’engage dans la simplicité volontaire et le partage pour concrétement passer à d’autres paradigmes qu’ économique et à collaborer avec d’autre dans ce sens.

Dans mes activités associatives je m’engage à n’exclure personne faute de moyen et à rejoindre les plus en difficultés par un jumelage avec un village d’Afrique.

Je m’engage chaque jour à méditer en silence pour tenir ces engagements en mon âme et conscience.

p1010176-450_350.JPGp1010161-450_350.JPGp1010166-450_350.JPGp1000839-450_350.JPGp1000826-450_350.JPGp1010162-450_350.JPGp1000842-450_350.JPG

Un week-end en mode Tortue

Dimanche 11 octobre 2009

Pour bien supporter les accélérations du quotidien il me faut depuis que j’ai découvert les bienfaits de la lenteur grâce à zazen et au Qi-gong des

temps de centrage et activités à mon rythme. Ne pas me donner de contraintes d’horaires au moins un we par mois, chez moi, comme j’ai envie.

Prendre le temps des activités quotidiennes sans être préssée

Aller boire le thé tranquillement chez ma voisine

Téléphoner à mes amis en prenant le temps d’une longue conversation où chacun peu se dire

Se faire une sieste et dormir quand le besoin se ressens

Se lever sans réveil et profiter du matin

Finir ce qui a été commencé avec plus de courage et de force parceque choisi et muri dans l’instant présent qui s’offre comme soutien à l’action.

Gratitude à la vie :alterner le repos pour mieux rebondir demain au boulot!

De Bouche à Oreilles

Mercredi 7 octobre 2009

                        logo4.JPG

                                                                        PROGRAMME DES ACTIVITES

- Découvrir le jeu du Tao le mercredi 14/10 18h 20h pour les parents et
enfants avec coin garderie paf 2€ + 21h 23h pour tous paf 2€

-Le café des créatifs culturels le 3° jeudi du mois *15/10 19h30 :
échanges et partages autours des valeurs alternatives, vos actions, vos projets
c’est à vous la parole!
paf 5€

- Yoga du rire le 2° mardi du mois dès le 10/11/2008 avec Nathalie Massot
paf 5€ l’anti-crise ( de nerfs) l’anti-grippe!!!

- Partie de jeu du Tao jeudi 29/10 à 19h 25€ la partie de 19h à 23h places
limitées vous inscrire auprès de Gabrielle

- Formation en Numérologie avec Yves Koll le dimanche 15/11 de 10h à 17h
participation 50€ repas tiré du sac. inscription chez Yves directement:06 61
57 23 36

Lieu: chez moi chez toi galerie d’art associative 9 rue gauthier 30 000
Nîmes

contacter Gabrielle: 06 22 42 17 92

(bientôt une formation sur les huiles essentielles et 3 modules de
communication-non-violente, et le blog de l’association à votre service)

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

MARCHE CONSCIENTE

Premier week-end des Marcheurs de l’Essentiel :
« pieds nus entre terre et mer »
En marche vers l’Unité d’Etre, simplement.
7-8 novembre 2009 en Camargue (Grau du Roi)

« La nature de se presse pas, et pourtant tout est accompli » Lao Tseu

Pour la petite histoire : graine d’une rencontre entre Mapi et Marie-Hélène sur
le Réseau des CC, maturée l’hiver dernier par notre groupe les marcheurs de
l’Essentiel, germée au printemps à Nîmes, nous sommes toutes deux dans la grande
Joie de vous inviter à ce premier temps de pause en nature, fruit de notre
co-création, histoire d’une passion commune !

« Quand le Pas du quotidien se fait lent et silencieux, nous communions avec
notre mémoire nomade, nos origines bipèdes, notre douce et puissante verticalité
originelle. Alors, marcher vers soi même devient un chemin vers un état d’être,
où chaque pas nous re-lie à notre essentiel, en rythme avec la Terre et avec le
souffle de Vie. Nous vivons dans la conscience lumineuse de notre place dans
l’Univers, simplement. »

Pyrénéenne d’origine et de cœur, Marie-Hélène Faurès a toujours marché dans son
enfance avec son père forestier. Diplômée en gestion des entreprises hôtelières
et touristiques, après la gérance de sociétés hôtelières à Bruxelles, elle
devient pilote de rando, marcheuse au quotidien et partage cet état d’être où
chaque pas nous re-lie avec la Nature, libère la vérité qui est en nous et nous
élève corps et âme.
Créatrice et animatrice de Randonnées de Ressourcement avec Terres au Souffle de
Lumière, elle se consacre entièrement à sa passion de la Marche, pratique du
silence, en lenteur et en paix, méditation de l’Instant.

Les outils mis en place :
- la Marche consciente : (travail sur le corps/esprit avec pratique des 4
mouvements) nous invite à communier, dans le mouvement du pas et du souffle,
avec notre mémoire primitive, nos racines profondes, notre nomadisme intérieur,
en cohérence, reliance et confiance : alors, notre Etre Essentiel, bercé par ce
déséquilibre perpétuel trouve sa Présence immobile
-la Marche afghane : (ensemble de rythmes respiratoires régénérants et
dynamisants) pratiquée au quotidien nous procure vitalité et énergie !
-le « Souffle de l’arbre » (ensemble d’exercices simples, naturels et faciles à
accueillir pour une autonomie au quotidien) nous invite, en douceur, à
travailler sur notre centrage, notre enracinement et notre verticalité
intérieure.
Programme :
Vendredi 6 novembre:
-accueil au gîte Azuréva du Grau du Roi entre 18H et 19H : rencontre et mise en
place de la synergie du groupe.
Samedi 7 et dimanche 8 novembre : ateliers de 10H à 17H30 avec pause pic-nic
Dimanche : fin du week-end à 18H.

Le prix du week-end (135€) comprend :

-le logement en gîte, draps compris (dans chaque gite : un lit deux places et
deux lits superposés)
-les ateliers animés par Marie-Hélène
-l’Essentiel pratique de la Marche consciente
Infos pratiques :
Possibilité de co-voiturage à partir de la gare de Nîmes : RV à 18H
Nombre de participants limité à 10 personnes. Inscription avant le 6 octobre
auprès de Marie-Hélène. Solde demandé pour le 15 octobre. Participation garantie
dès réception de l’acompte de 60€ sur le compte de
Itin-errances Banque Crédit Coopératif : 210-74786302
Code Iban : FR 76 42559000692107478630283 Code Bic : CCOPFRPPXXX
Infos en France : Marie-Pierre Carlier: tel: 06 29 55 04 08 mapicad@free.fr
Infos et Inscriptions: Marie-Hélène Faurès : tel : +32 484 21 32 16
mhfaures@yahoo.fr

www.geode.be
www.demainmaintenant.ning.com/group/lesmarcheursdelessentiel

Coline Serreau: une suite à la Belle Verte

Dimanche 4 octobre 2009

La colère féministe de coline serreau

« Un seul mot résume la destruction de la terre et de l’humanité : matricide ! L’humus est la matrice du monde : pour guérir, cessons d’écraser le féminin ! » Ainsi parle Coline Serreau, la réalisatrice de “3 hommes et un couffin” et de “La belle Verte”…

Voilà plusieurs années que Coline Serreau, dont nous avons raffolé des fictions ébouriffées et utopistes - La belle Verte, La Crise, Saint Jacques… La Mecque -, interroge et filme très sérieusement toutes sortes d’acteurs de la mouvance des « nouveaux rebelles de l’humus », de Pierre Rabhi à Nicolas Hulot, de l’Indienne Vandana Shiva au Marocain Hassan Zaoual, des savant libertaires aux paysans sans terre. On les verra à l’écran, au printemps 2010, avec des dizaines d’autres, dans une série de six documentaires-manifestes : La Terre vue de la terre - Solutions locales pour un désordre global. Après avoir bourlingué en France, au Maroc, en Inde, au Brésil, en Ukraine, Coline Serreau se trouve en plein dérushage de ses cent cinquante heures de tournage, quand nous allons lui demander en quoi elle croit, au fond. Un discours féministe comme nous n’en avions plus entendu depuis longtemps, et qui décoiffe.

La lutte pour la libération des femmes n’est pas achevée

Nouvelles Clés : Monter six films d’une heure et demi sur les dizaines d’heures que vous avez tournées ne doit pas être évident. Quels sont vos critères, pour trier le meilleur ?

Coline Serreau : Aujourd’hui, toute la journée, j’ai décrypté ma longue interview de la philosophe Antoinette Fouque, figure mythique du MLF et fondatrice de la Librairie des Femmes. J’adhère entièrement à ce qu’elle dit sur le meurtre du vivant. La terre et l’utérus, c’est le même mot. Mater, matière, utérus, terre, tout ça a la même racine. L’humus, l’humanisme, l’humilité, voilà mes critères. Les progressistes, dont je me suis longtemps sentie proche, n’ont jamais voulu voir le fond du problème : la relation entre la terre et l’utérus. Aujourd’hui, si les écologistes ne comprennent pas que l’urgence n°1 est l’arrêt du matricide, ils échoueront comme les autres. J’apprécie énormément des hommes comme Pierre Rabhi - il a été le déclencheur de toute ma démarche depuis trois ou quatre ans. J’estime qu’ils ont fait la moitié du chemin. L’autre moitié reste à franchir. Or, elle est tabou. Ce que nous appelons « civilisation » repose intégralement sur l’écrasement de la puissance créatrice des mères, de la matrice. Si nous ne remontons pas jusque-là, nous ne réparerons rien. Le ventre et le sexe des femmes, autrement dit le lieu d’où sort le vivant n’est pas respecté. Il est considéré comme « rien », et non comme une entité intelligente, qui pense. Sa fonction est vitale, mais elle est évacuée de tout respect, de tout comptage, elle n’existe pas dans l’ordre de ce que les humains appellent « création ». Si vous acceptez ce meurtre et sa symbolique, tous les crimes deviennent possibles. Car alors, la terre aussi cesse d’être sacrée, vénéré, nourrie, soignée pour produire du bon, du beau, du vivant. Elle devient comme du pétrole, un substrat qu’on pompe et exploite, pour en tirer du plastique, en oubliant l’essentiel. La richesse, c’est d’abord la terre. Mais personne ne veut le voir et le génocide se perpétue, là, sous nos yeux.

N.C. : Génocide ! Le mot est un peu fort… Lire le reste de cet article »